mercredi 13 mars 2013

Une forme de vie - Amélie Nothomb


Il ne me manquait plus que celui-la pour boucler les Nothomb, c'est désormais chose faite et on peut dire que je suis à jour concernant sa bibliographie. 

Finalement sur 21 livres lus de cette auteur, j'en ai adoré 19 et ses deux derniers m'ont légèrement déçue (Barbe bleue & Tuer le père), espérons qu'elle nous surprendra durant les années à venir avec des livres à la hauteur des premiers.

L'histoire : Amélie Nothomb reçoit des centaines de courriers par an de la part de ses lecteurs, elle y répond soigneusement la plupart du temps, à son rythme... sauf le jour où elle recevra une lettre d'un soldat américain en Irak, à laquelle elle répondra sur le champ.

Dans ce court roman, Amélie aborde deux sujets : l'obésité & l'écriture. 

Le soldat en question pèse 180 kilos et considère son obésité comme une forme de rébellion contre la politique militaire américaine... Je vous laisserai le plaisir d'en apprendre plus sur sa conception de ce qui est aujourd'hui officiellement considéré comme une maladie, et toute la relation originale qu'il entretient avec sa graisse... Déroutant !

Dans toute cette histoire, nous accompagnons également Amélie Nothomb dans son quotidien d'auteur, et surtout dans sa relation avec ces lecteurs qui lui confient souvent leurs maux dans des lettres plus ou moins longues. 

Elle nous offre une belle fin où elle médite sa relation avec l'écriture et répond à la question : pourquoi j'écris ?

J'ai trouvé la dernière scène néanmoins un peu lâche...

2 commentaires:

Livres De Filles a dit…

Je l'ai dans ma PAL, et quand je le lirais ça sera mon tout premier Nothomb (inculte que je suis), d'ailleurs j'ai très envie de me lancer.
Bonnes lectures :)

salvadorali a dit…

@ Hajar

j'ai découvert ton blog grâce à Safaa, merci et surtout bravo à vous deux !
impressionnante amélie nothomb en effet ! sauf que pour ma part je me suis arrêté à son troisième premier, parce qu'on peut aussi atteindre très vite l'overdose de virtuosité ;-) plus précisément c'est la dimension quasi mécanique de cette virtuosité qui peut finir par rebuter...
n'importe comment la lecture doit redevenir contagieuse, le totalitarisme des NTIC, ça suffit ! au point que je me demande si la solutions des e-book ne relevait pas en fait de la pactisation avec le diable ?
un livre ça doit pouvoir fonctionner même lorsqu'il n'y a pas de prise ou recharger sa batterie, et clair de lune ou d'étoiles suffit pour s'éclairer ;-)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...