samedi 30 avril 2011

Le sumo qui ne pouvait pas grossir - Eric-Emmanuel Schmitt



L'idée était pourtant très originale, une quatrième de couverture prometteuse, mais... l'intérieur est vide, ça me rappelle mes textes creux de ces deux dernières années. Quand l'inspiration s'en va, on se contente d'écrire et on ne raconte plus. Il n'y a plus aucun style.

C'est un livre court, très vite bâclé, on ne sent aucune implication dedans. Ce livre parle du Japon, du bouddhisme zen... mais sans aucune spiritualité. Très superficiel. Très médiocre.

Très déçue donc par cet auteur que j'aimais tant... Je ne sais pas si c'est moi qui me suis éloignée ou lui qui a stagné et s'est laissé aller... Je trouve qu'il a perdu son inspiration sur ce coup. Quand on a rien à dire, on se tait. Pareil pour l'écriture.

La Valse lente des tortues - Katherine Pancol



J'avais déjà beaucoup aimé le tome 1 de cette saga, et je trouve ce second tome plus mûr, non seulement au niveau des personnages mais aussi au niveau des pensées et du style.

J'ai savouré cette lecture qui est pleine de très bons passages et très instructive comme d'habitude, c'est un livre très réaliste en fait, on se reconnait beaucoup dans les personnages, on y retrouve tous nos tracas et prises de têtes de filles surtout, toutes ces émotions où on se mêle les pieds, et ça m'a rassurée, de voir que je ne suis pas la seule "Joséphine", j'ai admiré "Hortense" et "Zoé" m'a rappelée à l'ordre :)

Ce livre est une histoire de vie "ordinaire", une histoire d'amour, sous toutes ses formes. C'est un livre qui peut sembler "light" et il l'est un peu, mais il est plein de morales et de vérités aussi.

jeudi 21 avril 2011

Challenge "Read in English"


Comme j'adore cette langue et que j'ai déjà 4 livres en anglais dans ma PAL, je m'inscris à ce nouveau challenge !
These are the rules :

Tous les livres sont acceptés, du roman à la BD en passant par le comics ou le manga, du moment que vous lisez dans la langue de Shakespeare.

Le challenge commence dès votre inscription. Pour cela, rien de plus simple, laissez moi un petit commentaire ici avec votre article sur le challenge ;) J'éditerai la liste des participant(e)s au fur et à mesure. Je laisse les inscriptions ouvertes jusqu'à la fin du mois, à savoir le 30 avril 2011 donc.

Le challenge se termine le 6 mai 2012 :D
Ce challenge a été découvert ici et lancé

mercredi 6 avril 2011

Kafka sur le rivage - Haruki Murakami


C'est le premier livre que j'ai envie de raconter oralement, sous une pleine lune ou autour de savoureux sushis, peu importe ! 

Les japonais sont doués d'une intelligence, une sagesse, une créativité et une imagination que j'admire et qui me fascinent depuis très longtemps ! Je suis toute admirative devant ce chef d'œuvre, et je lirai probablement tous les livres de ce monsieur. J'avoue que j'avais peur de traîner trop longtemps avec ce livre vu ses 640 pages mais je l'ai lu en une semaine, 50% au cours de la semaine et les 50% restants au cours du week-end où je n'ai pratiquement fait que ça. 

Ce livre était tout ce que je recherchais, de la sagesse, de la fantaisie avec un zeste d'humour et si en plus ça se déroule au Japon et l'auteur est japonais, pour moi c'est parfait.



C'est un livre intelligent, où l'on retrouve des personnages purs, et innocents aussi fantaisistes que réels ! Tout au long de l'histoire, nous sommes enveloppés dans un aura spirituel, imaginaire, et savourons le résultat délicieux d'un esprit qui ne connaît pas de limites et c'est tout à l'honneur de son écrivain !

Ce livre raconte l'histoire de deux personnages, un adolescent condamné à tuer son père, coucher avec sa mère et violer sa sœur ! Oui il est un peu cru aussi ce livre, c'est-à-dire que pour Muakami la morale inutile n'existe pas... L'autre personnage est un homme d'une soixantaine d'années qui m'a beaucoup fait penser aux personnages magiques de mon cher Jostein Gaarder, d'ailleurs je pense que ces deux écrivains constitueraient un duo brillant ! Ce qui m'a fait sourire aussi tout en lisant ce livre, c'est qu'aux quatre coins du globe existent des écrivains qui ont ce don, celui de pousser les limites de notre imagination plus loin, mener des réflexions spirituelles avec une originalité et une simplicité inouïes ! Les japonais s'inspirent d'auteurs français et russes, les norvégiens s'inspirent de bouddha... et tous mènent des réflexions qui convergent vers les mêmes questionnements, nous sommes tous sur le même bateau, nous ne sommes pas si différents.

Tout au long du livre, tous les personnages mènent une sorte de quête spirituelle, puisqu'ils sont tous à la recherche du sens de leur vie, aucun personnage n'a été négligé ni créé au hasard ! Un vrai créateur ce Murakami ! Et pour exceller jusqu'au bout, leurs histoires sont plus passionnantes les unes que les autres !

Murakami Haruki s'intéresse beaucoup à la nuit et aux rêves. Sa vision de la mort est tout aussi spéciale...

Tout au long du livre, j'en ai appris un peu plus sur l'histoire du Japon, la musique classique, la philosophie et plein d'ouvrages japonais trop intéressants que je me ferai un plaisir de découvrir dès que possible !


J'ai trop aimé ce bouquin, je le classerai sûrement parmi mon best of 2011.
 
A la fin de ma lecture, je vérifiais si moi aussi mon ombre était réduite de moitié...

Ce livre a été lu également dans  le cadre de ce challenge

 

mardi 5 avril 2011

Les cerfs-volants de Kaboul - Khalid Hosseini

Ce livre est excellent et j'ai du mal à imaginer quelqu'un ne pas l'aimer. Une histoire très bien ficelée, rien à dire pour ma part ! ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi bien "travaillé", un livre qui ne soit pas écrit juste pour écrire, ou dans l'urgence juste pour le publier, ce n'est pas un de ces livres qui n'ont ni queue ni tête, qui sont écrits juste comme ça... comme c'est le cas pour pas mal de livres récents. Dans Les cerfs-volants de Kaboul on sent que l'auteur s'est bien appliqué.

Ce livre a éveillé en moi trop d'émotions, surtout au début, j'avais envie de pleurer et j'ai haï l'auteur, une de ces émotions qui vous gâchent votre journée (carrément!), je me suis même dit que je ne lirai plus ce genre "drame" et que je m'en tiendrai au "contemporain" pour le moment. En même temps j'ai apprécié la franchise de l'auteur qui se présentait à nous sous son plus mauvais jour, j'avais l'impression qu'il faisait tout pour qu'on le déteste, afin de soulager sa culpabilité, peut-être, vu l'être horrible qu'il était.

Ce que j'ai adoré dans ce livre c'est la psychologie de l'enfant qui est très bien étudiée, j'adore ça. La jalousie, le besoin de reconnaissance... etc. Je ne sais plus à quand remonte ma fascination horrifiée pour l'Afghanistan - le Pakistan - les Kurdes... etc. Ces gens, je pourrai les observer des journées entières que je ne m'en lasserai pas, ils représentent pour moi un vrai mystère. Ces terres représentent pour moi un miracle et un véritable enfer... La lapidation, leurs modes de vie, leurs femmes privées d'existence, trop de choses que je ne comprends pas, que je refuse d'admettre et qui suscitent pourtant toute ma curiosité parce que ça me fait tellement peur.

Pour la première fois, j'ai réalisé l'horreur des talibans, j'ai compris un peu ce qui s'est passé en Afghanistan, ce qui s'y passe encore, le rôle des russes, des américains, des pakistanais et Dieu sait qui encore qui se mêle du destin de ce pays qui me semble plus lointain qu'aucun autre, de tout point de vue.

Ce que j'ai le plus retenu de ce livre et qui m'a le plus confuse, ce sont ces personnes très différentes que sont les musulmans. J'ai l'impression qu'il y a autant d'islams que de personnes, chacun le comprend à sa façon, quand certains assassinent de sang froid des centaines de familles en en tirant une satisfaction maladive, comme des assoiffés de sang, ils violent les enfants au passage, et disent faire ça au nom d'Allah! Quand l'islam dit que l'acte homosexuel secoue le trône d'Allah et qu'il est considéré parmi les péchés les plus graves... alors combien y a-t-il d'Allah ? Alors que d'autres boivent du vin, pisseraient sur les barbus qui récitent le Coran sans en comprendre un traître mot et ne croient pas en Dieu... Je ne pensais pas qu'en Afghanistan existeraient des personnes athées... Ce que j'ai retenu aussi c'est que non seulement il y a autant d'islams que de gens mais il y a autant d'islams que de nations, que de cultures, que de familles... C'est vraiment déroutant, et Khalid Hosseini a bien démontré à quel point l'islam est tellement mal enseigné, la prière est réduite à des rites complexes à observer cinq fois par jour, on enseigne les versets du Coran sans jamais les expliquer et on demande aux apprentis de prononcer les mots arabes correctement afin d'être mieux entendus par Dieu. 

Enfin, c'est une histoire d'amitié, de loyauté, de trahison, de relations humaines fortes en émotions. On ne perd pas son temps en lisant ce livre c'est sûr !

Ce livre a été lu dans le cadre d'une Lecture Commune sur Livraddict.




https://lh4.googleusercontent.com/-uS9wL3-cn4s/TY44LmZ_zPI/AAAAAAAAAHs/ObhbfTIOnfk/s1600/LC+1.bmp

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...