mercredi 30 mai 2012

Le béton qui coule dans nos veines - Laurence Schaack & Goulven Hamel


Nous voici embarqués dès les premières lignes dans le Bronx, New York 1982. Pas le temps de s'ennuyer. L'histoire à peine commencée qu'on a déjà envie de connaître la suite.

A peine quelques pages tournées, et nous nous retrouvons 10 ans plus tard, en 1992 entre L.A, NYC et la Californie. Les personnages principaux ont grandi, évolué et nous découvrons le destin de chacun d'eux dix ans plus tard, chaque chapitre étant consacré à un personnage.


Tout d'abord j'ai adoré le style, le roman est très bien écrit, dans un bon français même si le langage de la rue est évidemment de mise, mais je ne l'ai trouvé dérangeant à aucun moment.

Ce roman est une bonne initiation à la culture hip hop, avec tout ce que cet univers contient : on y découvre comment le hip hop est né, ses origines jamaïquaines, les différentes musiques afro-américaines qui l'ont influencé dans les années 60 et 70, le tout raconté sous forme de roman avec une histoire et des personnages passionnants, mi fictifs mi réels, les grands évènements historiques sont repris également, mélangés à un peu de fiction pour rendre le roman plus appétissant, et c'est bien réussi à mon avis !

Sauf que le hip hop ce n'est pas uniquement de la musique, tout a commencé avec un message de paix, une envie de transformer la violence et l'énergie négative en énergie positive, avant que le hip hop ne se transforme en business comme un autre, que les textes nobles et engagés se métamorphosent en shake that ass for me et compagnie !

"Le hip hop est positif, pas une usine à fabriquer des dealers, des proxos et des braqueurs, qui insultent leurs femmes..."
Nous découvrons avant tout que le hip hop était un moyen de communication d'une certaine classe sociale lésée, souffrant de racisme et d'absence de porte parole dans la société américaine. La communauté hip hop est née et a choisi de s'exprimer par le rap, le breakdance, les graffitis, le deejaying... etc. Différents univers que nous retrouvons également dans ce roman.

"Une guerre de l'art contre l'abandon. De la parole vivante contre le silence. De la vie en mouvement contre l'oubli."
On y découvre également le jargon hip hop, le blackbook, les crews, le flow, le block et bien d'autres !


On comprend également comment les guerres entre les gangs sont nées, comment tuer pour se faire respecter est devenu une étiquette collée à cet univers du hip hop qui était pacifiste à la base et est donc venue polluer son image et nourrir les préjugés. Le gangsta rap est né, porter des guns devient une partie du look du rappeur, et les frontières entre l'essence du hip hop et le hip hop hollywoodien deviennent floues.

Un très bon livre, que j'ai vraiment dévoré et qui a enrichi ma culture musicale sur ce genre en particulier.

3 commentaires:

Aniouchka a dit…

Ca m'a l'air vachement intéressant de découvrir l'histoire du hip hop. Parce que, tu as raison, on la connaît souvent mal et on a pas mal de préjugés... Bises

BO-o-M a dit…

Coucou, je me demandais si tu m'autoiserais à mettre le lien de ton article sur mon blog consacré à la collection Backstage?
Merci d'avance, a bientot :)

Hajar a dit…

Oui bien sûr :)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...