dimanche 10 août 2014

Virgin Suicides - Jeffrey Eugenides


Jeffrey Eugenides faisait partie de ces auteurs qu'il me tardait de découvrir, tout comme Jean d'Ormesson ou Toni Morrison aujourd'hui. C'est désormais chose faite pour celui-ci. Je tenais à lire ses trois romans dans l'ordre chronologique de leur parution, j'ai donc délibérément choisi de commencer par Virgin Suicides.

Tout d'abord, je n'avais pas encore regardé le film (c'est prévu pour ce soir, quoique j'hésite encore...), j'avais une vague idée sur l'histoire (des soeurs qui décident de se suicider...) et je savais que ce roman autant que l'adaptation cinématographique étaient marquants, et des sortes de must à lire et à regarder.

L'histoire se passe aux Etats-Unis, au sein d'une famille très conservatrice, chrétienne assez pratiquante, constituée des parents et de leurs cinq filles adolescentes. Nous savons dès le début que les soeurs vont se suicider puisque cette tragédie nous est justement présentée par leurs ex-voisins, plus de vingt ans plus tard, qui essaient toujours tant bien que mal d'élucider le mystère de cet acte et de comprendre ce qui s'est réellement passé dans la tête des filles.

On comprend très vite que malgré leur âge adulte aujourd'hui, nos narrateurs sont restés prisonniers de cette époque-la, comme s'ils avaient cessé de grandir en même temps que les filles... 

Les cinq soeurs Lisbon exerçaient une certaine fascination chez leurs jeunes voisins qui étaient émerveillés par elles, au point de leur imaginer plus de pouvoir et de charme qu'elles n'en avaient en réalité et de consacrer des après-midi entiers à rêvasser et à leur inventer tout un monde...

Tout va commencer par le suicide de Cécilia, la scène de son suicide m'a marquée à jamais... On verra ensuite la réaction des parents, des soeurs, des voisins et de la petite communauté... plus intéressants les uns que les autres, ou dois-je dire plus traumatisants et déprimants ? Leur mère... m'a donné des envies de meurtres, parce que cette histoire est aussi pour moi celle de cinq soeurs qui se suicideront à cause de leur mère folle à lier ! Le père effacé devant sa femme, qui passe son temps à chialer, je préfère ne pas en parler... J'ai trouvé dommage qu'elles aient choisi cette voie pour échapper à leur vie plutôt qu'une autre, j'imagine que je me retrouve un peu au même point que les garçons, en train d'essayer de comprendre pourquoi... 

L'atmosphère est très glauque tout au long de la lecture, ça a été une lecture pénible, j'en suis venue à bout tant bien que mal, heureusement qu'elle était courte, on ne passe certainement pas un agréable moment en lisant ce roman mais c'est une histoire qui marque à vie et qui nous fait réfléchir.

10 commentaires:

Creezzy a dit…

Le film m'avait pas mal retournée, je crois que je n'aurais pas envie de le revoir ni de lire le livre. Il fait combien de pages d'ailleurs ?

Caroline's Library a dit…

Je ne savais pas que c'était un livre à la base! Je n'ai pas vu le film non plus mais il m'a toujours intriguée. Pourquoi pas lire le roman, même si ça a l'air pénible en effet.

marion a dit…

Tu me donnes bien envie de jeter un coup d'oeil à ce livre

Les lectures d'Hélène a dit…

Cà doit être vraiment particulier comme lecture... pas sûre que çà de voir lire ce livre.
Bisous et bonne semaine !

Sita a dit…

Si tu hésites toujours pour le film, je te le conseille fortement ! Comme le livre, ce n'est pas forcément un agréable moment, mais la photographie est superbe, l'atmosphère est pesante mais rêveuse en même temps... Un film magnifique !
Il faudrait que je relise le livre. Je l'avais lu en anglais alors que je n'avais pas tout à fait le niveau pour apprécier la plume de Jeffrey Eugenides. Même si comme tu le dis, la lecture est pénible bien que très marquante !

matchingpoints a dit…

Nous n'avons pas lu le livre mais juste vu le film de Sofia Coppola, déjà assez pesant. Par contre, nous avons lu un autre livre de ce même auteur et avons fait un post sur notre blog
http://wp.me/p2H2o8-3CI

Hajar a dit…

@Creezy : Le livre fait 250 pages avec quasiment zéro dialogue...

@Sita : Je n'ai toujours pas regardé le film...

Les Eclats de Claire a dit…

C'est marrant, ce livre n'a pas du tout le même effet sur moi. Je trouve que beaucoup de beauté et de nostalgie s'en dégage.
Le film est très lumineux, sublimé par une musique de Air... jette y un oeil (mais si tu as trouvé le bouquin glauque, il y a des chances que le film te laisse la même impression)

Sita a dit…

Rohh, allez hop hop hop au boulot ;p

Coline a dit…

j'essaie de me motiver à lire ce roman depuis longtemps, car il fait parti de la liste des soit disant 1001 livres qu'il faut avoir lu dans sa vie, mais j'ai vu le film il y a des années, et je n'avais pas aimé du tout. Tu m'as tout de même rendue curieuse, même si j'ai eu la confirmation que ce ne serait, là non plus, pas un bon moment à passer !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...